Loading...

Qu’est-ce qui peut arriver en commençant à méditer?

 

La méditation apporte beaucoup de bien dans la vie des gens mais lorsqu’on commence à méditer, on commence un nouveau “sport” : celui d’entrer à l’intérieur de soi. Et naturellement, cela peut provoquer certains effets potentiellement “négatifs”, mais qui normalement, se résoudront d’eux-mêmes au fil des jours et des semaines de pratique.  Ce voyage intérieur est avant-tout une invitation à revenir toujours à soi pour trouver les réponses.

Différentes choses qui peuvent se produire lorsqu’on commence à méditer

Malgré la multitudes d’études scientifiques sur la pleine conscience, encore peu d’études ont étudié les effets potentiellement indésirables de cette pratique et lorsque présentes, rapportent des cas isolés ou consistent en des hypothèses. Ceci peut s’expliquer par le fait que les gens qui étudient la méditation sont souvent eux-mêmes des pratiquants qui croient en cette approche et désirant en prouver son efficacité pour contribuer à la santé.

Selon une étude réalisée auprès de 342 personnes, des effets indésirés liés à la méditation survenaient pour la plupart lors d’une pratique d’une durée supérieure à 20 minutes et affectait 25% des participants. Parmi les personnes ayant rapporté des effets indésirés (N=87) notons principalement : l’anxiété (incluant des attaques de panique), de la douleur (douleur à l’estomac, céphalée, douleurs musculaires), de la nausée, la dépersonnalisation, l’hypomanie (sensation d’avoir trop d’énergie et être incapable de dormir), des symptômes dépressifs et des étourdissements. La plupart des symptômes étaient légers et n’ont pas mené à un arrêt de la pratique. La méditation assise avec une attention focalisée entraînait plus d’effet secondaires que les pratiques de présence aux sensations corporelles (scan corporel).

Chaque personne est différente et réagira différemment à la pratique méditative. Il est important avant-tout d’être à l’écoute de soi lorsqu’on commence à méditer et de toujours respecter nos limites et notre corps. Les symptômes qui se présentent suite au début de pratique ont tendance à s’estomper avec les séances et les semaines.

Quelques effets négatifs potentiels

Anxiété, trisse, colère

Lorsque vous commencez à méditer, il est possible que cela fasse ressortir en vous des émotions qui étaient cachées ou supprimées comme la tristesse, l’anxiété ou la colère. Cela s’explique par le fait qu’en vous installant pour méditer, vous avez décidé d’arrêter d’éviter en vous repliant sur des éléments externes et vous avez décidé d’entrer en vous. Il est ainsi normal que momentanément, cela fasse ressortir un peu plus d’anxiété et de tristesse. Ces émotions étaient sans doute déjà là auparavant mais vous ne les laissiez pas rentrer dans votre maison. Cela peut faire peur, mais rassurez-vous, il n’y a rien d’anormal chez vous.

Commencez à petites doses et augmentez progressivement vos méditations. Si vous ressentez beaucoup d’anxiété lorsque vous méditez, essayer de revenir aussi souvent que possible à votre respiration. Si le problème persiste, consultez un professionnel de la santé.

Maux de tête

Se résout normalement en diminuant le temps de pratique.

Fatigue, baisse d’énergie

Il est possible que lorsque vous commencez à méditer, vous vous sentiez plus fatigué. C’est normal car vous n’êtes pas encore habitué à rester concentré sur le même objet pendant longtemps. Cette fatigue s’en ira au fil des semaines.

Insomnie

Peut survenir surtout si vous méditez le soir. Il est préférable d’éviter de méditer après le coucher du soleil si la méditation vous cause de l’insomnie.

Quelques effets positifs potentiels

Une énergie sans limite

Sensation de bien-être, de calme, de paix

Une baisse du besoin de sommeil

Une réduction du stress et de l’anxiété

Une plus grande connexion à soi

Une meilleure connaissance de soi

Sensation d’éveil profonde

Je ferai bientôt un autre article sur les bienfaits de la méditation car ceci dépasse le but de cet article!

Quoi faire si je ressens des effets indésirables en lien avec mes méditations

Diminuer le temps de pratique et fragmenter les sessions

Si des symptômes désagréables persistent, commencez par diminuer la durée de vos méditations à moins de 20 minutes.

Comme la plupart des effets indésirables surviennent avec des méditations de plus de 20 minutes, le fait de diminuer le temps de pratique résoudra normalement la situation.  Vous pouvez faire par exemple 3 pratiques de 15 minutes par jour ou deux sessions de 20 minutes plutôt qu’une longue session de 45 minutes.  Vous en retirerez les bienfaits sans les effets secondaires.

Adapter la posture

Si des douleurs apparaissent, vous pouvez ajuster votre posture avec des coussins, etc. En cas de douleurs en position couchée (lors du scan corporel), vous pouvez adapter la posture avec des oreillers ou simplement faire un scan corporel en position assise.

Chercher de l’aide

Si cela persiste, arrêtez votre pratique et consultez un professionnel qui pourra vous accompagner dans votre démarche méditative en toute sécurité.

 

Certaines personnes n’auront jamais d’effets négatifs de la méditation alors que d’autres personnes vivront des effets indésirables, sans toutefois, pour la plupart, nécessiter l’arrêt de la pratique. Écoutez-vous d’abord, vous savez ce qui est le mieux pour vous. 

 

Source : Garcia-Campayo J, Unwanted effects : Is there a negative side of meditation? A multicentre survey., PLoS ONE, septembre 2017

1 comment


Brigitte Marquis

UN GRAND MERCI SOPHIE
JE SUIS TRÈS HEUREUSE ET FIÈRE DE FAIRE PARTIE DE CE GROUPE.
CETTE CONNEXION. …….NOUS L’AVONS
TOUS UNIS
NAMASTE 🙏❤
GRATITUDE INFINIIIIIIII
BRIGITTE MARQUIS

February 16, 2018 (08:48) - Reply

Leave a Comment