Loading...

Quel est ton niveau de stress, de 1 à 10?

Comment gérer le stress?

C’était en février 2012. J’étais assise dans le bureau d’un ostéopathe que je rencontrais pour la première fois, et qui allait devenir un pillier dans mon cheminement de guérison de l’anorexie. Une de ces étoiles brillantes qui composent la constellation magique de ma vie. Avec ses grands yeux bleus qui semblaient avoir tout compris de ma situation, il m’avait posé cette unique question qui allait changer mon existence à tout jamais.

“Quel est ton niveau de stress, de 1 à 10, 10 étant le niveau le plus élevé?”

20/10 : vivante, mais morte en dedans

À ce moment-là, j’étais au bout du rouleau, et mon niveau de stress était à 20/10. Je me sentais prisonnière de mon corps et de ma tête. Vivante, mais morte en dedans.

Prendre conscience de ce niveau de stress élevé que je vivais depuis trop longtemps m’a ouvert les yeux.

Pendant des mois, j’avais enduré une tension extrême, que j’arrivais à réduire momentanément en m’entraînant avec intensité dans un petit gym de la Baie-des-Chaleurs, et en m’empiffrant de toasts au Nutella tous les soirs pour me faire vomir par la suite. Vidée dans tous les sens du terme, je prenais alors une douche chaude, je regardais mon visage bouffi dans le miroir, les yeux plein d’eau, puis j’allais me coucher. Misérable.

Le jour de la marmotte… quotidiennement

C’était le jour de la marmotte. Les matins commençaient toujours de la même façon : j’étais clouée au lit pendant deux heures par une douleur intense qui brûlait dans ma colonne vertébrale. Je craignais ce que j’allais vivre durant ma journée de travail à l’hôpital. Mon corps et mon âme entiers souffraient. Tout le stress et le manque d’amour pour moi s’étaient accumulés dans chacune des cellules de mon corps.

De l’extérieur, ma vie pouvait sembler parfaite : j’étais résidente en médecine, j’étais jeune, belle, mince, en bonne santé physique apparente, intelligente. J’avais tout pour être heureuse, comme on dit. Mais en réalité, j’étais profondément malheureuse.

Le stress et les symptômes physiques : ce lien qui les unie

J’ai dû prendre un arrêt santé de sept semaines, qui m’a ensuite poussée à m’intéresser au lien entre le stress et les symptômes physiques de mes patients. J’ai commencé à leur poser cette fameuse question que mon ostéopathe aux yeux bleus m’avait demandée : “Quel est votre niveau de stress, de 1 à 10?”

Leur réponse ressemblait très souvent à la mienne. Et mes patients faisaient toujours de grandes prises de conscience par la suite.

Tout est lié.

~

Et toi, quel est ton niveau de stress, de 1 à 10? Partage avec moi dans les commentaires! Et je t’encourage à consulter un professionnel de la santé au besoin.

Tant que le stress est aigu et relié à un élément déclencheur dans l’ici et maintenant, le stress s’avère positif, car il nous aide à affronter la situation qui se présente à nous. C’est lorsque le stress devient chronique (qu’il est vécu sur plusieurs mois, voire plusieurs années), que les problèmes apparaissent, souvent à notre insu.

Le meilleur moyen de prévenir le stress chronique est de développer ses outils intérieurs, car la médecine est en toi. ♥ Dans mon nouveau livre L’Anxiété sans complexe, tu découvriras un chemin en 7 semaines pour développer tes outils intérieurs. Je te guiderai pas-à-pas afin que tu puisses retrouver le calme ici et maintenant.

[Oeuvre par Marie-Ève Dubé de Fiora.Art]

Tu souhaites vivre un accompagnement plus intime? Découvre mon programme en ligne L’Anxiété sans complexe ici! 

Avec présence,

Sophie xx ♥

 

Leave a Comment


RECEVEZ UNE MÉDITATION GRATUITE!
NOUS SUIVRE